Ces échanges discrets entre élus LR et Marion Maréchal



INFO LE FIGARO - Une quinzaine d’élus Les Républicains ont dîné mardi soir avec l’ex-députée FN du Vaucluse.


C’est une discrète rencontre qui promet de faire parler d’elle. Selon nos informations, un mois jour pour jour après les européennes et la débâcle essuyée par le parti Les Républicains, une quinzaine de ses élus ont souhaité apporter leur pierre à la recomposition politique en cours. Non sans un certain esprit de transgression, anciens colistiers de François-Xavier Bellamy, membres du bureau politique de LR comme parlementaires se sont donné rendez-vous, mardi soir, au Bouclier de Bacchus, restaurant du IXe arrondissement de Paris, pour échanger avec l’ex-députée FN du Vaucluse, Marion Maréchal.

Un dîner mitonné depuis une quinzaine de jours par le directeur du magazine L’Incorrect, Jacques de Guillebon, et le jeune LR, chantre du dialogue des droites, Erik Tegner. «Pouvoir débattre des importants sujets d’actualité qui arrivent était une démarche intéressante, témoigne l’un des convives, le député LR de l’Ain, Xavier Breton. Dans le moment politique dans lequel nous sommes, ces échanges sont nécessaires. On ne peut pas continuer à se bunkeriser dans nos partis politiques. Se replier sur nous-même serait la pire des choses.»


» LIRE AUSSI - Après la débâcle de LR, Marion Maréchal en appelle à une union des droites


Nombre d’élus Les Républicains ont, ces derniers jours, admis être sensibles aux sirènes d’Emmanuel Macron. Qui plus est, un an avant les municipales. C’est pourtant à un tout autre appel qu’a souhaité répondre cette «bande du Bacchus»: «Je préfère discuter avec Marion Maréchal qu’avec Emmanuel Macron, lâche Sébastien Pilard, candidat malheureux aux européennes et secrétaire national de LR présent mardi soir. Lorsqu’on regarde ses interventions sur l’économie, l’Europe, l’identité, la famille ou sur la réforme de l’État, on constate qu’elle défend une ligne très proche de certaines personnes de notre famille politique comme Laurent Wauquiez ou Bruno Retailleau. Pour reconstruire la droite, nous devons mettre tout le monde autour de la table. Marion Maréchal y a toute sa place.»


LIRE AUSSI - Jérôme Fourquet: «La droite a basculé dans une nouvelle ère»


Il n’a pas été question d’alliance électorale ni de structuration autour de la plus jeune retraitée politique de France. Bien qu’elle peine, de plus en plus, à cacher ses velléités de retour. Entre planche de charcuterie et verre de chardonnay, les convives - qui pour la plupart souhaitent garder l’anonymat - ont évoqué tour à tour les lois bioéthiques à venir, l’ouverture de la PMA aux couples de femmes, la privatisation d’ADP, la situation d’Alstom comme l’insécurité ou l’immigration. Autant de sujets sur lesquels ils n’ont pas fermé la porte à des actions communes. «L’objectif était d’ouvrir enfin un dialogue, témoigne François de Voyer, fondateur du cercle Audace et proche de Marion Maréchal. Nous ne sommes pas dans une logique de fusion ou d’union, mais de compromis pour mener des combats communs.»

Des initiatives à venir qui promettent de secouer à la rentrée un peu plus le parti de la rue de Vaugirard, dont la ligne jusqu’aux dernières européennes a toujours été de bannir tout échange avec d’actuels ou d’anciens membres du Rassemblement national. «Je revendique une liberté de parole, clame pour sa part le sénateur LR du Val-d’Oise, Sébastien Meurant, participant au dîner. Il faut sortir de ce piège mitterrandien qui interdirait de parler à Marion Maréchal alors même qu’elle n’est plus RN. Après la décomposition politique, il doit y avoir une recomposition.» Toute la question à LR est justement de trouver laquelle.

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

  • Facebook Clean Grey
  • Twitter Clean Grey
  • LinkedIn Clean Grey

© 2018 RACINES D'AVENIR