Coup de gueule d'une militante LR !


Si je prends la plume aujourd’hui, c’est en tant que militante du parti Les Républicains pour qui j’ai participé à plusieurs campagnes sur le terrain. En ma qualité de militante et d’électrice, je suis indignée par la procédure d’exclusion lancée unilatéralement par Aurélien Pradié à l’encontre d’Erik Tegnér. Erik Tegnér est un militant les Républicains comme il en existe de nombreux autres partout en France. C’est grâce au travail de militants comme lui que le parti continue d’exister dans nos territoires face à Emmanuel Macron.


Si j’ai participé à la campagne sur le terrain de plusieurs candidats Les Républicains c’est parce que je suis convaincue que ce parti incarne les valeurs de la droite en France. Je suis fière d’avoir soutenu et de continuer à soutenir Les Républicains. Mais je refuse qu’Aurélien Pradié agisse comme juge inquisiteur et arbitraire qui déciderait qui a le droit de s’exprimer ou non au sein du parti. Les militants refusent d’être bridé par un Secrétaire Général.

Erik Tegnér a toujours soutenu son parti, il n’a jamais franchi cette fameuse « ligne rouge » d’alliance avec le Rassemblement National. Il ne cesse d’être fidèle aux Républicains, contrairement à d’autres : la dernière preuve en date est son soutien à la candidature de Rachida Dati pour la mairie de Paris.


Quel est alors le motif de cette procédure d’exclusion ? Un simple délit d’opinion ? Est-il nécessaire de rappeler aux cadres du parti que le discours d’Erik Tegnér n’est pas isolé mais qu’il représente l’opinion d’une grande partie de la base militante ? De fait, les militants Les Républicains qui n’ont pas quitté le parti sont les partisans d’une vraie politique de droite, pas d’une politique Macron-compatible.


Quand un cadre du parti discute avec La République en Marche aucune procédure d’exclusion n’est lancée contre lui. Quand un candidat Les Républicains prône le dialogue voire la fusion avec LREM il est investi aux municipales par Les Républicains. Mais quand un simple militant émet l’idée d’un dialogue constructif avec tous les militants de droite alors on cherche à le faire taire et à le renvoyer. Je regrette ce deux poids deux mesures qui s’instaure au sein des Républicains. Le signal de la décision d’Aurélien Pradié est clair : pour pouvoir rester chez les Républicains il faudrait être Macron-compatible. Je ne souhaite pas que le parti, pour lequel j’ai milité et auquel je crois, devienne une succursale de la République en Marche. Les Républicains doivent rester un lieu de débat et d’unité pour que vive la droite.

44 vues

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

  • Facebook Clean Grey
  • Twitter Clean Grey
  • LinkedIn Clean Grey

© 2018 RACINES D'AVENIR